Coup de gueule sur les pseudos cosmétiques bio

Aujourd’hui j’aimerais pousser un coup de gueule parce que j’en ai marre qu’on nous prenne pour des pigeons en cosmétiques bio. Si vous avez l’occasion de lire le dernier article que j’ai écrit sur le site de Natexbio (Fédération des professionnels du bio, du naturel et de la diététique) qui s’intitule « Pourquoi et comment clarifier la labellisation des cosmétiques bio pour les consommateurs ?« , vous comprendrez déjà toute l’histoire et où je veux en venir. En fait, il existe pas mal de sociétés sans scrupules qui n’hésitent pas à raconter n’importe quoi sur leurs produits alors qu’ils savent (du moins j’ose l’espérer sinon cela devient grave !) que ce qu’ils disent est faux et archi faux.

Ma mésaventure avec une marque dite de cosmétiques bio

Je vous rassure tout de suite, même si le titre peut prêter à confusion, je ne me suis pas faite avoir mais je tiens par le présent billet à avertir toutes celles qui me liront. Le week end dernier, j’ai eu envie de faire un tour au marché de Noël de la Défense avec une amie. J’ai plutôt été déçue par les stands de cette année au passage. Bref, j’avais repéré de loin ce qui pouvait s’apparenter à un stand de produits cosmétiques bio. Je les reconnais facilement d’habitude à cause de leurs packagings simples car la plupart du temps, ce sont des marques qui débutent. Les soins étaient à base de bave d’escargot qui est réputée pour les peaux matures car elle rafermit la peau. Cela avait d’ailleurs fait tout un foin il y a un ou deux ans dans les magazines féminins.

Mon amie a donc commencé à engager la conversation autour de ces produits et la commerçante bien évidemment lui explique patati patata, ce sont des cosmétiques bio… A ce moment là, même si je n’étais pas intéressée par les soins, j’étais en train de lire l’étiquette de composition du produit car je suis quand même curieuse et je vois « phenoxyethanol »… Le gros foutage de gueule ! Je ne suis même pas allée plus loin et je lui ai dit : « le phenoxyethanol ce n’est pas bio ». Et vous ne devinerez jamais ce qu’elle m’a répondu, je vous jure que c’était à mourir de rire sauf que là je riais jaune : « si c’est bio ». Non mais c’est du grand n’importe quoi, où va t-on ? Et le gag ne s’arrête pas là. Je lui rétorque qu’elle n’est ni labellisée chez Ecocert ni chez Cosmebio (ce qui n’est pas une fin en soi mais je m’interrogeais sur son sérieux) et elle me répond qu’elle va bientôt l’être chez Ecocert. A ce moment là, j’avais juste envie de lui dire « bon courage meuf ! Tu vas te faire jeter si tu leur présentes tes produits en l’état sachant que le phenoxyethanol est interdit dans leur charte.

Elle continue sur un ton condescendent qu’elle était même au salon Marjolaine (où vous pouvez retrouver des produits bio) mais j’ai envie de dire que s’ils l’on acceptés, ils sont tombés bien bas. De mémoire, je crois même me souvenir qu’il y avait une feuille sur la table avec des informations et où était écrit cosmétiques bio à 1OO %. Euh oui o_O mais bien sûr. En plus de ce que j’ai écrit jusqu’à présent, l’eau qui constitue l’ingrédient majoritaire de la plupart des soins n’est pas comptabilisée dans le pourcentage d’ingrédients bio du produit fini, c’est donc juste du mensonge. D’autant plus qu’on n’a pas le droit d’estampiller de pourcentage si l’on a pas fait vérifier ses cosmétiques bio par un organisme certificateur. Vous imaginez un peu le délire de la nana ?!?

Voilà à quoi vous pouvez être exposées lorsque vous êtes de bonne foi et que les commerçants abusent de votre crédulité parce que marquer cosmétiques bio fait plus vendeur et maintenant que je vous ai tout expliqué, vous comprenez pourquoi je suis furieuse face à ce genre de pratiques.

Et vous, est ce qu’on a déjà essayé de vous vendre des cosmétiques bio qui ne l’étaient pas ou est ce qu’il vous est déjà arrivé une mauvaise expérience avec un commerçant ?

TÉLÉCHARGER LE MINI MAGAZINE BEAUTÉ N°3 DU BLOG EN CLIQUANT SUR L’IMAGE :

[wysija_form id= »1″]

Laisse ton commentaire !